Réseaux Sociaux & Vie Privée

Voilà bien deux termes délicats à associer dans la même phrase ! Mais pourquoi ? Poser la juxtaposition impliquerait-elle une incompatibilité insurmontable ? Les règles du jeu sont-elles claires pour personne ? Les limites sont-elles si peu explicites ?

Il n’est pas inutile de rappeler que le « phénomène » des réseaux sociaux a (seulement) 6 ans. Facebook est créé en février 2004. Nous avons finalement très peu de recul pour formuler des analyses définitives et faire des remontrances comme si les reproches étaient évidents. Trop peu d’expérience, trop grande jeunesse de ces systèmes (trop peu de maturité aussi des dirigeants de ces entreprises?), trop de pression des investisseurs dans une logique court-termiste?, … Sans doute, un savant mélange de tout cela.

Ces jeunes entreprises, assoiffées de croissance, mises sous tension par des fonds ayant une logique pure de rentabilité, finalement utilisent leurs actifs et les valorisent : les données, les profils, leurs contenus! Pourquoi s’en étonner? On peut ne pas être d’accord, mais il me paraît difficile de feindre la surprise. Plutôt que de risquer l’arrêt d’activité, ces entreprises trouvent des sources de profits et parviennent à financer une partie des moyens qu’ils mettent à disposition gratuitement des utilisateurs. Dans cette histoire, tout le monde contribue : le financier met du fuel à l’initial, l’entreprise met en place les infra-structures, les utilisateurs finaux se mettent dans le système et jouissent d’un service qui leur plaît. A ces derniers d’évaluer si les services en question valent le prix des données personnelles, des informations qu’ils acceptent de partager, etc. Si c’est oui, ils restent et ça fonctionne. Si c’est non, ils quittent et on passe à autre chose😉

Faisons une pause!
Les réseaux sociaux sont des structures privées. Aucune obligation légale ou administrative de s’enregistrer dans ces systèmes? L’inscription procède du choix (libre) de chacun. N’est-ce-pas ?
L’utilisation est libre elle aussi. Aucune obligation de diffuser des informations personnelles que l’utilisateur ne voudrait pas voir rendre publiques. Aucune obligation de raconter la vérité non plus…😉

Mais alors qu’est ce qui explique les violentes prises de position de tout un tas de gens par rapport à l’utilisation des données personnelles sur ces réseaux sociaux ? Qu’est ce que ces détracteurs reprochent à ces dispositifs ? De ne pas tout dire ? De mentir aux utilisateurs ? De cacher des choses ? Certes les conditions d’utilisation de Facebook varient mais c’est la vie. Comment imaginer figer un système comme celui-ci, avec le peu de recul qu’on a sur ces « phénomènes » ? Comment penser que les conditions d’utilisation de 2004 sont forcément encore de rigueur en 2010 ? Il est nécessaire qu’elles évoluent. Nécessaire de prendre en compte les améliorations technologiques. Nécessaire enfin de prendre en compte l’expérience des périodes précédentes (la fameuse courbe d’expérience).
Alors, d’accord, Facebook a utilisé les données des utilisateurs et les a valorisées. Lire l’article de 20 minutes. Mais que dit la Loi? Mais quelle loi, au fait : USA, France, … ? Regardons la France. La CNIL s’appuie sur la loi de 1978, cadre manifestement efficace puisqu’en cours depuis 1978 : libre accès aux données personnelles, interdiction de gérer des données liées aux orientations sexuelles, à la religion, aux opinions politiques, etc. Bon, ça démarre mal vis à vis de nos amis de Facebook : « religion », « opinions politiques », « intéressé par H/F », … Heureusement pour Facebook, ils sont américains. Cette start-up, en France, aurait probablement été déjà fermée par l’Administration🙂.
Cela veut-il dire que les réseaux sociaux peuvent se soustraire aux législations nationales? Non, bien sûr que non! Cela veut-il dire que les législateurs nationaux peuvent participer -chacun avec leurs visions- au débat sur la libre expression? Oui ils le peuvent mais il serait bon de ne pas aller trop loin sur ce terrain. Certains pays ont, pour rappel, fermé l’accès à Facebook. Au moins, là-bas, pas de problème sur les données personnelles😉. La législation pourrait-elle devenir mondiale? Voilà qui serait intéressant… Les différents gouvernements pourraient se mettre d’accord sur les bonnes pratiques, les bons comportements des professionnels vis à vis des données personnelles. A suivre ce lien pour mon humble avis… D’ici là, ne baissez pas la garde, ne diminuez pas votre vigilance!

Nous avons un devoir d’information : faire savoir, exposer, diffuser l’information largement. Nous avons un devoir d’information lorsque l’information est fiable et vérifiée. Nous avons l’obligation de faire connaître les agissements, les prises de position, les initiatives de ces entreprises qui sont au cœur de notre univers de confiance.
Nous n’avons pas le droit de participer à un phénomène tout aussi lié aux « tendances » consistant à crier haro sur ces entreprises au prétexte qu’elles sont « successful ». Chacun est autonome, capable d’utiliser ces systèmes, en mesure de décider les contenus diffusés. Certains semblent avoir besoin d’un manuel utilisateurs pour comprendre que diffuser une image de soi en petite tenue risque de porter atteinte à son image! Certains semblent avoir besoin d’un manuel utilisateurs pour comprendre que raconter les moindres détails intimes de son existence risque d’en exposer… trop (?).

Donc, avant la mise en place d’un cadre légal international, faites attention aux informations que vous diffusez sur vous et les autres. Les réseaux sociaux seraient effectivement bien inspirés de bâtir le guide du « bon utilisateur » en attirant l’attention des plus ingénus sur les risques et les bonnes pratiques. Les utilisateurs eux mêmes doivent avoir conscience de la valeur de leurs données personnelles. A eux de les préserver pour autant qu’elles n’ont pas à être diffusées. Les utilisateurs doivent aussi avoir conscience des conséquences légales attachées aux données personnelles (celles des autres…).
Je suis un fervent défenseur de l’auto-régulation de ce genre de dispositif. Le légal ne doit cadrer que les excès et sévir lorsque les limites sont franchies, c’est-à-dire lorsque la toxicité pour la société devient évidente et lorsque le plus faible ne peut qu’en pâtir. Du coup, je pense que ceux qui ne souhaitent pas alimenter le mécanisme peuvent sortir de Facebook et ne pas participer aux réseaux sociaux. Personne ne les oblige à rester présents! En contrepartie, le devoir d’information est réel et doit pouvoir s’exercer pour éviter les dérives. Le système ne fonctionne pas si mal finalement.

Un commentaire pour Réseaux Sociaux & Vie Privée

  1. Ping : Tweets that mention Réseaux Sociaux & Vie Privée « Blog nicolas baudy -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s