@DefensePigeons – Projet de Loi de Finances 2013

Préambule :
Je dois être le pigeon n°1200 ou 1250 @DefensePigeons.

Il était une fois, le Conseil des Ministres du 28 septembre 2012.

Un des sujets abordés (et non des moindres), le projet de loi de finances 2013. Le site du gouvernement reprend les informations sur cette page : http://www.gouvernement.fr/gouvernement/projet-de-loi-de-programmation-des-finances-publiques-pour-les-annees-2012-a-2017-et-pr

Le texte de ce projet de loi est accessible sur le site de Bercy : http://www.economie.gouv.fr/projet-loi-finances-pour-2013-projet-loi-programmation-finances-publiques-2012-2017

Et plus particulièrement les dispositions fiscales qui sont consultables ici : http://www.economie.gouv.fr/files/projet-loi-finances-2013-plf-dispositions-fiscales.pdf

Le page qui nous intéresse le plus est la page 8 dont je reproduis ici le paragraphe sur lequel les commentaires vont bon train.

De quoi parlons-nous finalement ? Qu’est ce qui va vraiment changer ?

Les plus-values sur cession de valeurs mobilières seront imposées, dès 2012, au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Le taux proportionnel de 19% est supprimé. Un abattement progressif en fonction de la durée de détention des titres permet d’atteindre 40% d’abattement au bout de 12 ans.

Par ailleurs, apparaît une tranche de 45 % pour l’impôt sur le revenu, dès les revenus 2012, à partir de 150.000 € par part.

A partir de là, les calculs sont complexes : c’est un barème progressif, les taux sont marginaux, une partie de la CSG est déductible, …

Ce qui est certain : la pression fiscale augmente (mais on pouvait s’y attendre), la création de valeur est taxée comme le travail (là, on n’est plus d’accord)… On a beau entendre : « mais vous n’avez pas vu le dispositif en entier… des exceptions vont être listées ». On a beau dire : « mais le texte est un projet, il peut être amendé ». N’empêche que la première version, brute de décoffrage, est un peu « raide ».

Tout est fait pour énerver : l’abattement de 40% au bout de 12 ans de détention des titres… Une blague !… lorsqu’on sait qu’en Angleterre, la croissance va essentiellement reposer sur celle des start-ups, en particulier, celles de TechCity. Dans ce domaine des nouvelles technologies, pour mémoire, 12 ans c’est une éternité… l’âge de Google! En 12 ans, ils ont vécu « je ne sais combien » de levées de fonds, une IPO, etc. Allez dire aux entrepreneurs des nouvelles technologies qu’ils devront attendre 12 ans avant de bénéficier d’un tel avantage… de 40% d’abattement…

Donc, pour résumer, l’affaire est sérieuse ! Elle fait peser sur l’avenir une incertitude forte. S’ils sont bons, s’ils sont accompagnés, s’ils veulent exécuter rapidement, les entrepreneurs d’aujourd’hui – mais, encore plus, ceux de demain – garderont-ils la fibre patriote en restant en France ou choisiront-ils de s’expatrier pour optimiser leurs espérances de gains ?

Comment ne pas s’insurger devant une telle éventualité ? L’état français finance des dispositifs scolaires, met en place des systèmes de formation, soigne, prend soin d’une jeunesse qui n’aurait d’autres aspirations que de partir et de ne pas contribuer aux charges de l’état! L’état qui a tant de difficultés à boucler un budget acceptable pourrait-il se passer de ces recettes potentielles? Tout devrait être fait pour retenir ceux qui veulent créer de la valeur, créer des emplois, participer à la nation.

Encore faudrait-il qu’il y ait un projet de nation… Encore faudrait-il qu’il y ait des valeurs collectives reposant sur le respect… Encore faudrait-il que cela soit incarné… Encore faudrait-il que ce projet de société soit entendu…

L’événement de vendredi : la naissance d’un mouvement spontané, « les pigeons »

Tout démarre vendredi dans l’après-midi à partir d’initiatives individuelles qui se rassemblent autour des mêmes constats : ces mesures fiscales sont un frein à l’entrepreneuriat et pénalisent la création de valeur dans notre pays.

Par capillarité, les réseaux sociaux font leur effet. Depuis vendredi, les entrepreneurs et ceux qui se reconnaissent dans leurs revendications unissent leurs voix et représentent aujourd’hui (le 02 oct à 10h30) un groupe de 18.000 fans sur facebook et un compte twitter suivi par 5000 personnes :

http://www.facebook.com/lespigeonsentrepreneurs sur facebook

@DefensePigeons sur twitter

Les médias s’intéressent au phénomène et lui donnent une visibilité espérée. Les politiques lorgnent sur l’initiative. Attention…

Un magnifique élan à consolider

Etant moi même partie du groupe facebook et des twittos suiveurs, je suis concerné en tant qu’entrepreneur, investi dans mes affaires et dans plusieurs start-ups, mais aussi en tant que citoyen français et européen.

Quelle formidable initiative ! Merci à tous les participants et merci spécialement à ceux qui prennent de leur temps pour animer la page FB et le compte twitter.

Peut-on imaginer, cependant, que cela continue sans ligne directrice, sans messages cadrés, argumentés et expliqués, sans une prise de position claire et lisible ?

Les informations échangées entre les participants enflent comme la rumeur. Ces vecteurs d’informations ne vérifient pas nécessairement les messages qu’ils relaient. Et cela aboutit parfois à un gros paquet d’âneries, reprises quasiment telles quelles par les médias, télés comprises.

Attention, ces phénomènes de reprise d’informations non vérifiées peuvent parfois amener à de sévères manipulations. Exciter les plus sensibles en jouant sur une corde affective, mêlant le « non-dit » à l’explicite… C’est vieux comme le monde pour s’attirer la sympathie, le soutien, la compréhension de son interlocuteur.

Les politiques sont tout de même passés maîtres en la matière. Le mouvement à l’origine n’est pas politisé. Donc, il ne doit pas être politisé, ni récupéré artificiellement, sans conviction autre que celle de récupérer des voix.

Evidemment, il suffit d’appeler de ses vœux une position « a-politique », pour que cela se politise (la France ne sait pas faire autrement). Du coup, les arguments se durcissent, les positions se cristallisent, les gens s’invectivent, parfois s’insultent, prenant à parti les gouvernants. On peut combattre des idées, mais dans la dignité et le respect. Et cela vaut dans les deux sens. Un article d’un journal bien connu, pensant représenter la planète intellectuelle, dépeint cet élan démocratique comme une réunion de nantis, s’arque-boutant sur de prétendus privilèges, montrant du doigt des « sans-aucun-doute-secte-de-privilégiés ».

Que la France est laide quand elle se comporte comme cela. Que l’être humain est vil quand il salit et piétine la réalisation des autres pour faire passer la sienne comme moins minable.

Pour que les messages soient entendus. Pour que cela serve et soit utile.

J’appelle de mes vœux la formulation de ce projet de nation reposant sur le respect. Commençons humblement par la formulation de ce projet « entrepreneurs – création d’emplois – création de valeur – création de compétitivité pour le pays ».

Nos amis, les Pigeons sont bien partis pour en porter les messages. Qui les représente ? Qui NOUS représente ? Rendez-vous visibles ! Affirmez vos positions ! Ne laissez pas d’autres parler pour vous, en déformant vos propos et vos idées, nos propos et nos idées !

Vous vous préparez à beaucoup de communication et d’explications, factuelles. Expliquez, expliquez, expliquez, … dans le respect, la mesure et l’écoute… pour reprendre un bon conseil de Patrick Robin.

Diffusez vos messages de la manière la plus large possible, en associant toutes les sensibilités, en invitant, dans tous les partis, ceux qui dépassionneront les arguties.

C’est allé tellement vite qu’il faut maintenant courir après et structurer en courant : réaffirmer les choses, porter la voix, organiser la pression sur l’Assemblée Nationale pour que les amendements indispensables soient pris en compte, rencontrer les influenceurs, …

Plaise à « qui vous voudrez » que ce mouvement survive et s’organise. Si vous avez besoin d’aide, faites signe… Ce sera avec plaisir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s